À PROPOS





















LE BONHEUR EST DANS L'ERREUR


COMMENT LE DESIGNER GRAPHIQUE PEUT-IL PERMETTRE LA DÉCULPABILISATION DE LA NOTION D’ERREUR AFIN DE MINIMISER L’APPRÉHENSION DE L’USAGER ?

Nous avons un rapport complexe avec la notion d’erreur. Effectivement, nous sommes sans cesse à la recherche de la vitesse et de la perfection. Or l’erreur est une perte de temps. Il faut la corriger, la comprendre, la rattraper. L’erreur reste une notion vaste et floue qui soulève de nombreux questionnements par son aspect paradoxal. Les médias, le jugement des autres et les règles instaurées sont divers facteurs qui provoquent la peur de l’erreur. Cette peur conduit à des états anxieux qui mènent à divers problèmes tels que le blocage ou le découragement. Or comme le dit Elbert Hubbard « La pire erreur à faire est de constamment avoir peur de faire une erreur ». Il faut donc prendre connaissance de l’aspect positif de l’erreur. Pour Bachelard, l’erreur ou l’obstacle épistémologique est nécessaire à l’apprentissage. Le problème n’est donc pas issu de l’erreur, mais plutôt de l’image qu’on lui donne. Et que c’est donc au graphiste d’intervenir.

Il s’agit alors de penser une ergonomie déculpabilisante pour minimiser l’appréhension de l’usager vis-à-vis de cette notion d’erreur.